Skip Navigation

Bien cheminer avec la maladie

IG Gestion de patrimoine est un fier commanditaire de la marche pour l’Alzheimer, et à ce titre, mobilise ses ressources pour soutenir les Canadiens qui souffrent d’un trouble neurocognitif, ou qui ont un proche aux prises avec cette dure réalité.

Quelqu’un de votre entourage commence à avoir des pertes de mémoire ou peine maintenant à prendre des décisions, ou vous vivez actuellement une telle situation? Voici quelques suggestions pour vous.

  • Agir rapidement, et le plus tôt possible. Bien souvent, la perte des capacités de mémoire ou décisionnelles est graduelle. Si vous commencez à jongler exagérément avant de prendre une décision, faites-vous aider, mais uniquement par des personnes de confiance. Communiquez avec votre médecin, vos conseillers financiers et des membres de votre famille pour leur dire que vous aurez certainement besoin d’eux. Il est important qu’ils sachent que vous sentez vos capacités diminuer, et expliquez-leur que vous pourriez avoir besoin d’aide pour prendre des décisions compliquées. Votre entourage pourra ainsi rester alerte face à votre vulnérabilité, les personnes atteintes d’un trouble neurocognitif étant plus susceptibles d’être victimes d’exploitation financière.

  • Faire connaître vos limites et vos capacités. La capacité décisionnelle d’une personne peut varier énormément avec le temps et selon les circonstances. En effet, même s’il vous est de plus en plus difficile de prendre des décisions compliquées, vous pourriez très bien conserver la capacité de prendre des décisions simples. Dites à ceux qui veillent sur vos finances et votre santé (conseillers et médecins) que vous ne pourrez plus prendre certaines décisions cruciales et que vous aurez parfois besoin d’eux. Sachez bien que même si vous recevez de l’aide dans certaines circonstances, vous ne cesserez pas pour autant de prendre des décisions.

  • Revoir votre planification financière. Parlez à votre planificateur financier pour vérifier si votre plan est à jour et lui expliquer que vous avez du mal à prendre des décisions compliquées. Votre conseiller peut vous recommander un portefeuille plus prudent, ou suggérer de consolider vos placements pour réduire le nombre de comptes ou d’éléments d’actif (par exemple, des entreprises ou des biens immobiliers). Votre conseiller IG peut vous proposer des façons de simplifier la gestion de vos placements pour vous permettre de continuer aussi longtemps que possible à en faire le suivi.

  • Profiter pleinement des crédits d’impôt. Selon votre état de santé, vous pourriez être en mesure de demander divers crédits d’impôt, dont les crédits d’impôt pour personnes handicapées, pour frais médicaux et pour aidants naturels.  Parlez-en avec un comptable, un fiscaliste ou votre conseiller IG. Ils sauront vous dire à quels crédits vous êtes admissible et comment en faire la demande dans votre déclaration de revenus.

  • Songer à bien documenter vos volontés. Assurez-vous d’avoir un plan successoral à jour. Aux premiers signes de la maladie, vous pourriez encore avoir la capacité de signer des documents comme un testament, une procuration ou un mandat d’inaptitude (au Québec), mais le maintien de cette capacité dépendra de l’évolution de la maladie. Faites appel à un avocat spécialisé dans le domaine (de préférence un spécialiste en fiducie et en succession ou qui détient le titre de TEP). Un tel spécialiste saura vous conseiller pour bien vous protéger advenant une perte importante de vos capacités décisionnelles. Même s’il est important de préparer ces documents, quelles que soient les circonstances, il sera de plus en plus pressant pour vous de le faire avant le déclin de vos capacités cognitives. On vous déconseille vivement les trousses modèles « à remplir soi-même » ou les documents en ligne. Il faut savoir que si vous n’avez pas rempli les documents correctement, vos proches n’auront pas le droit de les corriger quand vous n’aurez plus la capacité de le faire vous-même.

  • Vous bâtir un réseau de soutien solide. Communiquez avec des associations comme la Société Alzheimer. Dotés d’une vaste expérience de soutien, ces groupes disposent de tout un arsenal pour mieux composer avec les défis de la maladie et ils peuvent vous aider à préparer les étapes subséquentes. Le simple fait de savoir qu’ils sont toujours là pour vous peut vous apporter un grand réconfort.
     

Voir poindre les premiers signes d’un trouble neurocognitif peut être une rude épreuve, mais vous n’avez pas à la vivre en solitaire. Ne vous isolez pas et entourez-vous de gens de confiance qui vous apporteront le soutien nécessaire pour continuer à vivre aussi sereinement que possible.

Laissez-nous améliorer votre bien-être financier

Laissez-nous vous orienter vers un conseiller IG